Les Lettres Volées~1661, Mademoiselle de Sévigné au temps du Roi Soleil

Auteur : Silène Edgar Edition : Castelmore Pages : 306 Prix : 10.90 euros Date de Sortie : 18 mai 2016 Genre : Historique / Jeunesse    Pour ses quatorze ans, Françoise de Sévigné, fille de Madame de Sévigné, estContinue reading… Les Lettres Volées~1661, Mademoiselle de Sévigné au temps du Roi Soleil

La Sirène

Auteur : Kiera cassCouverture La sirène

Edition : Robert Laffont

Collection : CollectionR

Pages : 342

Prix : 17.90 E

Date de sortie : 22 septembre 2016

Genre : Fantastique/Romance

Une fille au lourd secret

Le garçon de ses rêves

Un océan les sépare

Kahlen est une Sirène, vouée à servir son maître l’Océan en poussant les humains à la noyade. Son arme ? Une voix fatale pour qui a le malheur de l’entendre… et qui l’oblige à se faire passer pour muette lorsqu’elle séjourne sur la terre ferme.

Akinli, lui, est un séduisant jeune homme, qui incarne tout ce dont Kahlen a toujours rêvé.

Alors que leur amour naissant leur fait courir un grave danger, Kahlen est-elle prête à tout risquer pour Aklin ?

Mon avis

   J’ai toujours voulu être dans la peau d’une sirène. Je me rappelle de mes vacances estivales lorsque ma sœur et moi tentions de nager comme des sirènes. Nous plongions dans les vagues de la Méditerranée telle la Petite Sirène de Walt Disney. Evidemment à cette époque, c’était notre unique référence dans ce domaine.  Des éclats de rire, des tasses et des heures plus tard nous retournions sur la plage, heureuses de s’être transformée l’espace d’un après-midi.

   Lorsque la CollectionR a annoncé la sortie d’un livre se nommant « La Sirène » mes souvenirs se sont éveillés. J’étais curieuse de découvrir une lecture jeunesse à ce sujet. Cerise sur le gâteau, l’auteur Kiera Cass, l’écrivain à succès de « La Sélection » dont j’ai adoré l’univers mi-dystopique mi-romanesque, en était à l’origine. Tous ces éléments réunis, je n’avais plus qu’à répondre à l’appel de l’envie…

   J’ai commencé ma lecture confiante. Excitée de pénétrer dans un univers qui m’a toujours fasciné. Le décor se plante. Le lieu et l’époque sont annoncés. Le personnage principal dénommé « Kahlen » est la narratrice du roman.  Ce sera une lecture en « je », ce qui n’est pas pour me déplaire. Il renforce chez moi le pouvoir d’identification au personnage. Je me laisse happer par la vague de l’histoire. Le tempo est donné. Pas de longueurs explicatives inutiles, on rentre dans l’action au bout de dix pages. J’aime ça. Il se mêle alors un côté fantastique au roman. J’aime encore plus ! On suit les prémices de la transformation de Kahlen puis on la retrouve quatre-vingt ans plus tard. Elle a construit une relation très étroite avec les autres sirènes qui l’accompagne dans sa vie. Elles s’appellent « sœurs » pour vous dire à quel point leur relation est forte. Une relation ultra forte est construite également avec « l’Océan ». « A la fois mère de substitution, chaperon et employeur… la relation qui nous lie à l’Océan est très complexe » (p.43)

   Bien que Kahlen soit devenue une créature fantastique, ce qui me touche dans ce livre c’est son humanité. L’auteur a joué la carte des émotions dans ce roman. Kahlen va rencontrer Aklin. Il va à jamais bouleverser sa vie, sa vision et son avenir.

   On accompagne notre héroïne chaque jour de sa « misérable » existence. Dans une détresse psychologique palpable, elle m’a émue plus d’une fois. En effet, il est arrivé que mes yeux se mouillent et que le nez me pique… « Elizabeth déchire son T-shirt et l’enroule autour de ma tête. Je le tiens serré contre ma bouche et je hurle dedans, à pleins poumons. Le côté brut, presque animal, de ce cri contraste avec les voix harmonieuses qui franchissent d’habitude nos lèvres. Il exprime fidèlement ce que je ressens à cet instant. » (p.218) Coincée dans une impasse, elle s’emmure dans le silence et refuse de se livrer à ses sœurs qui s’inquiètent pour elle. Ce que j’aime c’est la bienveillance qu’elles ont toutes les unes envers les autres. Un amour sincère les lie, je trouve ça merveilleux et très plaisant à lire. Du feel-good dans une situation difficile, ça fait du bien.

Certains passages sont très forts en émotion. C’est ce qui fait la force de ce roman. L’histoire n’est pas révolutionnaire puisqu’il s’agit, vous vous doutez bien, d’amour. Ce qui est addictif, c’est cette façon dont l’auteur imbrique les éléments qui rend le déroulement unique. Les émotions qui tiraillent notre héroïne sont intenses pour le lecteur.

   Ne pensez pas lire cette histoire pour vous retrouver dans un univers lambda aquatique. Non, non, non. Ici pas de queue de poisson mais des robes en sels de cristal. Pas de coquillages pour lit ni de poissons pour meilleur ami. On parle de malédictions, d’humains, d’esclavagisme et de phénomènes fantastiques.

   J’ai adoré ma lecture. L’auteur m’a embarqué dans son monde. J’ai pris plaisir à suivre l’évolution de Kahlen. Malgré une ou deux incohérences et une fin tirée par les cheveux, je ne m’y suis pas arrêtée car le reste était très bien amené. La fin est magnifique, comme on peut s’en douter, mais c’est exactement ce que je recherche lorsque je lis une romance.

Je lui donne la note de 8/10